Mes histoires Liens


 
                                                                                                            
                                                                             
                                             
                                                         LES FEMMES                        
                        l y a les femmes bien habillées
Il y a les femmes bien maquillées
Il y a les femmes bien intentionnées

Il y a les femmes belles
Il y a les femmes sensuelles
Il y a les femmes infidèles

Il y a les femmes comédiennes
Il y a les femmes chirurgiennes, mais,
Il n'y en a pas deux comme la mienne !     
                                                                                                                                 
     
                       LES CONS    
                                            Il y a ceux qui ont l'air CONditionné.                            
il y a ceux qui ont l'air CONtents.
Il y a ceux qui ont l'air CONstipés.
Il y a ceux qui ont l'air CONtrariés.
Il y a ceux qui ont l'air CONsidérés.
Mais peu sont CONscients d'avoir l'air
CON tout simplement ! 
                                                                                                      
                     LE TEMPS

Le temps, il est vrai, on en manque souvent.
Si vous perdez du temps rien ne sert de lui
courir après puisque temps perdu ne se rattrape plus.
Avant je courais tout le temps, j’étais pressé, stressé.
Mais un jour de mauvais temps je me suis décidé a
prendre du bon temps.
Je me suis assis dans mon fauteuil une arme à la main et J’ai attendu que passe le temps.
Mais le temps a passé si vite que je n’ai
même pas vu le temps passer. J’aurai pourtant voulu
arrêter le temps pour tuer le temps et ainsi marquer
un temps mort.
Dommage !
C’est pourquoi je vous dis, à vous qui courez aussi,
sachez de temps en temps prendre le temps de prendre votre temps.
                                                                                                    
                                                   HISTOIRE DE SENTIR BON !
Un soir,installé comme un PACHA ( de Cartier ) dans mon fauteuil, en fumant de l'OPIUM ( de Y, St.Laurent ) je regardais les infos à la tv sur la CHANEL N°5 ( de Chanel ) On parlait d'on old up à mains armées chez la PARISIENNE ( de Y. St.Laurent ) une parfumerie.
Le voleur avait emporté tout L'OR ( de Ch. DIOR ) et un TRESOR ( de Lancôme ) avant d'abattre la vendeuse qui donnait l'alarme.
Le corp de LA FEMME ( de J.P. Gautier ) gisait sur le sol alors que L'HOMME ( de Y St.Laurent ) s'enffuyait en voiture à toute ALLURE ( de Chanel ) sur les CHAMPS ELISEE ( de Guerlain) 
Mais il n'est pas allé loin avant de se faire intersepter par la police.
Maintenant, pour lui, c'est fini la DOLCE VITA ( de Ch. Dior ) il est en prison et ce n'est pas demain qu'il reprendra L'AIR DU TEMPS ( de N. Ricci )
                    LE CAMPING
                                              Un jour que j'attendais ma tante allongé sous ma tente, je vis que celle-ci était détendue.
Comme ma tante est grande et ma tente aussi je me dis :
- Tu peux la tendre en l'attendant.
Et je la tendis
Je la tendais lorsque je vis mon oncle entré sous ma tente sans ma tante.
Il me dit que ma tante avait du retard et qu'il pouvait m'aider à la tendre, ce qu'il fit.
Quand nous avons fini de la tendre, je lui dis :
- Nous allons l'attendre ensemble.
Mais l'attente de la tante sous la tente fut longue et lassante et ma tante ne vint pas mon oncle partit inquiet.
Je restais seul sous ma tente en pensant. !
Plus besoin de l'attendre ni de la tendre puisque je l'ai tendue en l'attendant. !  
                                  
                                            
                  L'AMI REMI                                                          
                                              Deux amies se rencontre                                        
Une NOIRE "pointée" et une BLANCHE un peu RONDE.
- Où vas-tu ? Demande la première.
- Je vais à l'hôpital trouver RE MI.
- RE MI est à l'hôpital ?
- Oui, je lui ai demandé de SI RE mes
  SOLs et il s'est fait mal au DO.
- Pourtant tes SOLs sont FA SI LA SI RE !
- Oui mais tu connais RE MI, lorsqu'il
  se CROCHE à un travail, il va jusqu'au
  bout sans faire de PAUSE répondit-elle
  dans un SOUPIR !
- Avec sa gentillesse il doit être
  LA DO RE des infirmières !
- Et qui va payer la NOTE ?
- C'est l'assurance car elle n'est pas a
  notre PORTEE.  
                                                 


                                          
                 LE COUVENT                                                   
                                                          Une jeune fille frappe a la porte d'un couvent.                        Arrive la Mère Supérieure.
- Bonjour ma fille, que désirez vous ?
- Bonjour ma Mère, je  voudrais être Soeur !
- Mais qui vous a donné cette idée,  ma fille
- C'est ma soeur, ma Mère, ma soeur qui est
Soeur m'a dit : ma soeur, ne soit jamais mère,
reste fille et soit Soeur.
- C'est très bien, ma fille. Et que font vos parents ?
- Mon père est maire, ma Mère, ma mère travaille
au paire, ma soeur est Soeur et mon frère est masseur.
- Très bien, ma fille, mais sachez que votre père tout
comme votre mère sont avant tout votre frère et
votre soeur tout comme votre soeur Soeur et votre
frère masseur car devant l'Éternel nous sommes
tous frère et soeur.     
                                                                                                  

Et voici deux fables de DELAFONTAI NE
revues et corrigées par moi.
( Excuses moi Jean ! ) 


C'est ainsi que...LE CORBEAU et le RENARD devient
                                                                                                                           

LE CORPS BEAU et le REGARD  

Le  corps beau d'une femme nue sur le sable allongé 
tentait au soleil de bronzer. 
un regard par la nudité attiré 
lui tint à peut prêt ce langage ! 

Ho ! Madame.
Que vous me semblez belle
que votre corp est beau   
si la face qui est à terre   
ressemble à votre derrière 
vous êtes sans doute le phènix
des corps de cette plage

Flatté par ces quelques mot 
le corps beau se retourna aussitôt
et se sentant admiré ne cessait de pavoiser.
Mais il oublint que le soleil le brûlait et qu'il se mourrait.

Lorsque ont emporta le corps beau au loin, 
le regard fut rempli de chagrin 
et le corps beau jura mais un peu tard
qu'on ne l'y reprendrait plus
                                             
                                                                                
ET LA CIGALE et la FOURMI         
LA  SENDALE et le REDUIT.

Une sandale ayant marché tout l'été se trouva fort dépourvue
quand la brise fut venue.
Pas le moindre petit  coin pour se tenir au chaud, rien pour se mettre à l'abrit.
Elle alla frappé à la porte du réduit son  voisin
le priant de lui prêter un petit coin.
Mais le réduit n'est pas prêteur,
c'est là son moindre défaut.
- Que faisiez- vous aux temps chauds ?
Dit-il à cette
emprunteuse.
- Au temps chaud je marchais, ne vous déplaise !
- Vous  marchiez ? J'en suis fort aise, et bien ... 
COURREZ, maintenant.      
                   
          
                                                                   
           Villeneuve                                                                      


     Rôtisserie château           

Cliquez sur l'image
                                                                                         
      Le Mont d'orzière


           Juraparc

Cliquez sur l'imaage           
                                                                                    
                  Muraz

  Café-Restaurant de la Treille

            Tél. 024 4724725